Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Temps modernes

  • Guy de Brès, le ténor tragique du calvinisme

    PASBEL20180621a.jpg   Dans la nuit du 1er novembre 1561 à Tournai, un groupe d'hommes s'approche du château du gouverneur de Hainaut. Par-dessus le mur, vers la cour intérieure, ils lancent plusieurs exemplaires d'un livre dont l'auteur, Guy de Brès, fait partie de l'équipée. Objectif: que le roi Philippe II et sa gouvernante aux Pays-Bas Marguerite de Parme en reçoivent un exemplaire. L'ouvrage est intitulé Confession de foy, traduit en latin sous le titre Confessio Belgica. Il se veut un compendium de la foi des réformés, partiellement inspiré de la Confession française dite de La Rochelle. Dans une lettre d'accompagnement, des Tournaisiens gagnés à "la pureté de la doctrine" se plaignent des persécutions subies. "Nos ennemis vous ont rempli les oreilles de tas de faux rapports", écrivent-ils dans l'espoir d'être lus à l'Escurial.

    Lire la suite

  • Adversaire des Lumières, jusqu'à la mort

       Le 16 août 1794 à Mons, le père dominicain Charles-Louis Richard était fusillé après avoir été traduit devant le tribunal révolutionnaire de la ville, au terme d'une longue fuite qui l'avait conduit à Bruxelles, Louvain, Lille, Tournai, Liège et Maastricht. "En marchant au supplice, ce vieillard, d'une énergie extraordinaire, chantait à pleine voix le Te Deum", écrira en 1842, dans Le Messager des sciences historiques de Belgique, l'érudit Renier Chalon sur la base des récits de témoins oculaires. Ainsi s'achevait une longue vie, largement vouée à combattre les philosophes des Lumières, puis le despotisme éclairé de Joseph II et enfin la volonté de soumission de l'Eglise par le régime français (constitution civile du clergé).

    Lire la suite

  • La fête médiévale pleine de sens

       De tout temps, les carnavals et autres fêtes des fous ont compté, parmi leurs fonctions notoires, celle de dire leur fait à ceux qui le méritaient. Magistrats corrompus, seigneurs impitoyables, clercs aux mœurs dissolues… en prenaient pour leur grade. Il y avait là un fond très moral: les satires, même de mauvais ton, donnaient une leçon d'humilité et de sagesse populaires à ceux qui en faisaient les frais, tout en consolant leurs acteurs et spectateurs d'être parfois si mal dirigés. Mais un autre rôle, autrement important que celui d'une soupape de sûreté, peut être mis en évidence: celui de ciment de la vie commune, fût-ce en toute légèreté et sans avoir l'air d'y toucher. Un projet de recherche en cours à l'Université d'Utrecht vise à éclairer sous cet angle la culture festive du Moyen Age finissant et la production littéraire qui lui était liée [1].

    Lire la suite