Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

liège

  • Mgr Van Bommel, un catholique social face au communisme

    PASBEL20171111.jpg    L'anniversaire ne pouvait passer inaperçu. Il y a ces jours-ci cent ans que la fraction bolchevique menée par Lénine s'empara du pouvoir en Russie. Le régime qui en résulta allait compter un certain nombre de réalisations sociales et culturelles à son actif. Mais au caractère totalitaire et oppresseur du "socialisme réel" ainsi qu'à ses piètres performances économiques allait s'ajouter un coût humain sans précédent: il serait proche des cent millions de morts, hors des guerres civiles et étrangères, pour l'ensemble des pays où s'imposa l'idéologie marxiste-léniniste, selon le Livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997).

       Près de 70 ans avant l'événement de 1917, en février 1848, le spectre "hantait" déjà l'Europe, aux dires de Marx et Engels qui signaient alors le Manifeste du parti communiste. Fait remarquable: le même mois, le 18 exactement, l'évêque de Liège Mgr Corneille Van Bommel publiait un mandement, destiné à être lu en chaire, où il évoquait la "grande catastrophe" que constituerait la mise en œuvre des "doctrines empoisonnées du communisme", appelant les fidèles à leurs devoirs "à l'approche des dangers qui menacent la religion et la société". Philippe Dieudonné (Université de Liège) s'est livré à une recherche, notamment dans les Archives de l'évêché, sur cet écrit, sa genèse et son contexte [1]. Il en ressort que si le prélat ne pouvait imaginer l'ampleur des tragédies du XXè siècle et si les contre-feux qu'il préconisait, considérés rétrospectivement, n'étaient guère à la hauteur du défi, il ne manqua cependant pas de clairvoyance sur bien des points.

    Lire la suite

  • Crimes et souffrances des soldats belges sous Napoléon

    napoléon,consulat,premier empire,liège   Des hommes contraints de guerroyer loin de chez eux, nombreux à tenter de se soustraire à cet impôt du sang, par ailleurs mal fagotés, mal nourris, sales, épuisés, misérablement soignés en cas de blessure ou de maladie…: l'un d'eux, Dominique Rutten, natif d'Aubel, confie en 1809 que s'il revenait au pays avec son habit militaire, tout le monde le prendrait pour un mendiant. La réalité que décrivent les lettres écrites à chaud par les "grognards" à leur famille ou à leurs proches est donc bien éloignée de la propagande triomphaliste du Bulletin de la Grande Armée ou, plus tard, de la vision romantique nourrie par les mémoires d'officiers, les chansons de Béranger ou les Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Les historiens Bernard et René Wilkin, fils et père, ont épluché 1600 d'entre ces documents, pour la plupart inédits, conservés aux Archives de l'Etat à Liège qui en sont un des gisements les plus riches. Le fruit de leur travail est publié pour l'heure en anglais, dans une collection britannique spécialisée [1]. Une édition en français est à l'étude.

    Lire la suite

  • La paix de Fexhe (1316), fruit de la crise économique ?

    13_03_09_926702449__MG_0488--U412065866167kDD-297x470.jpg   Le 18 juin 1316, après des années d'affrontements, le prince-évêque de Liège Adolphe de la Marck et les représentants des corps constitués (chanoines, grands chevaliers, villes importantes appelées "bonnes villes") s'entendaient pour mettre fin aux hostilités dans le village de Fexhe-le-Voué, aujourd'hui Fexhe-le-Haut-Clocher. S'il faut mettre bien des nuances à une certaine vision romantique prompte à exagérer la portée de ce compromis établissant un équilibre entre les pouvoirs, il n'en a pas moins fourni une sorte de base "constitutionnelle" à ce que l'historien Jean Lejeune appellera la "démocratie corporative" liégeoise. En substance, la Paix de Fexhe imposait au prince le respect des lois du pays, proscrivait tout arbitraire dans l'exercice de la justice et subordonnait toute réforme législative à l'accord unanime du "sens" du pays (le prince et les trois états cités en début d'article).

       Mais d'où provenait la crise politique qui a trouvé ainsi son dénouement ? Comme c'est bien souvent le cas, on se trouve en présence d'un enchevêtrement de causes qui ne se limitent pas à la dialectique des "petits" et des "grands". Y interviennent des rivalités entre élites, des jeux de partis, des conflits entre métiers ou en leur sein… Le contexte économique a également joué un rôle majeur. Nul besoin d'être un historien marxiste pour reconnaître l'importance de ce facteur! "Il ne faut pas attendre des causes économiques toutes les explications de l'histoire. Mais il ne faut pas ignorer les causes matérielles qui façonnent les rapports de force au pays de Liège", a souligné le médiéviste Alexis Wilkin (Université libre de Bruxelles) dans son intervention au colloque réuni à Liège, les 15 et 16 septembre derniers, sur la Paix de Fexhe et les révoltes similaires de l'époque [1].

     

    Lire la suite