Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

liège

  • Diplomate intrigant à Utrecht, évêque éphémère à Liège

       Evêque de Liège du 1er septembre 1301 à sa mort le 13 décembre 1302, Adolphe de Waldeck fait figure d'étoile filante dans l'histoire médiévale de la principauté. Il est surtout demeuré dans les mémoires pour avoir chassé les prêteurs à intérêt lombards et piémontais établis en bord de Meuse. "Une opération spectaculaire qui n'était peut-être qu'un bluff", écrit Jean-Louis Kupper [1]. La décision était conforme au prescrit de l'Eglise, mais ceux qui en avaient fait les frais sont revenus par la suite.

    PASBEL20180115a.jpg   Les recherches menées sur le prélat par Antoine Bonnivert (FRS-FNRS, Université libre de Bruxelles) ont mis en évidence le destin paradoxal de cet héritier d'un comté de l'actuel Land de Hesse qui, ayant opté pour la carrière ecclésiastique et étudié le droit canon à l'Université de Bologne, brigue pendant quinze ans "d'attente et d'efforts opiniâtres" le siège d'Utrecht, où il joue les brillants seconds rôles… pour obtenir en fin de compte celui de la Cité ardente, auquel il ne semble pas avoir songé, alors qu'il s'agit d'"une des Eglises les plus prisées de l'Empire" [2]. Gros bémol: cette promotion est intervenue dans le contexte des troubles sociaux qui frappent également les Pays-Bas. Chanoines et gens de métier contre patriciens, lignages déchirés entre Awans et Waroux…: l'évêque aura à peine rendu son dernier souffle que le feu sera (re)mis aux poudres.

    Lire la suite

  • Mgr Van Bommel, un catholique social face au communisme

    PASBEL20171111.jpg    L'anniversaire ne pouvait passer inaperçu. Il y a ces jours-ci cent ans que la fraction bolchevique menée par Lénine s'empara du pouvoir en Russie. Le régime qui en résulta allait compter un certain nombre de réalisations sociales et culturelles à son actif. Mais au caractère totalitaire et oppresseur du "socialisme réel" ainsi qu'à ses piètres performances économiques allait s'ajouter un coût humain sans précédent: il serait proche des cent millions de morts, hors des guerres civiles et étrangères, pour l'ensemble des pays où s'imposa l'idéologie marxiste-léniniste, selon le Livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997).

       Près de 70 ans avant l'événement de 1917, en février 1848, le spectre "hantait" déjà l'Europe, aux dires de Marx et Engels qui signaient alors le Manifeste du parti communiste. Fait remarquable: le même mois, le 18 exactement, l'évêque de Liège Mgr Corneille Van Bommel publiait un mandement, destiné à être lu en chaire, où il évoquait la "grande catastrophe" que constituerait la mise en œuvre des "doctrines empoisonnées du communisme", appelant les fidèles à leurs devoirs "à l'approche des dangers qui menacent la religion et la société". Philippe Dieudonné (Université de Liège) s'est livré à une recherche, notamment dans les Archives de l'évêché, sur cet écrit, sa genèse et son contexte [1]. Il en ressort que si le prélat ne pouvait imaginer l'ampleur des tragédies du XXè siècle et si les contre-feux qu'il préconisait, considérés rétrospectivement, n'étaient guère à la hauteur du défi, il ne manqua cependant pas de clairvoyance sur bien des points.

    Lire la suite

  • Crimes et souffrances des soldats belges sous Napoléon

    napoléon,consulat,premier empire,liège   Des hommes contraints de guerroyer loin de chez eux, nombreux à tenter de se soustraire à cet impôt du sang, par ailleurs mal fagotés, mal nourris, sales, épuisés, misérablement soignés en cas de blessure ou de maladie…: l'un d'eux, Dominique Rutten, natif d'Aubel, confie en 1809 que s'il revenait au pays avec son habit militaire, tout le monde le prendrait pour un mendiant. La réalité que décrivent les lettres écrites à chaud par les "grognards" à leur famille ou à leurs proches est donc bien éloignée de la propagande triomphaliste du Bulletin de la Grande Armée ou, plus tard, de la vision romantique nourrie par les mémoires d'officiers, les chansons de Béranger ou les Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Les historiens Bernard et René Wilkin, fils et père, ont épluché 1600 d'entre ces documents, pour la plupart inédits, conservés aux Archives de l'Etat à Liège qui en sont un des gisements les plus riches. Le fruit de leur travail est publié pour l'heure en anglais, dans une collection britannique spécialisée [1]. Une édition en français est à l'étude.

    Lire la suite