Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

indépendance

  • La nostalgie des grands Pays-Bas

       Du soutien à l'installation de John Cockerill en bord de Meuse à la fondation des Universités de Gand et de Liège, sans parler de la refondation de Louvain sous statut public, les bicentenaires célébrés en 2017 remettent en relief le rôle joué par Guillaume Ier d'Orange-Nassau dans nos contrées après que le congrès de Vienne l'y avait appelé à régner. Il y a 80 ans déjà, Robert Demoulin dressait un vaste bilan de l'action du Souverain en faveur de la transformation économique des provinces belges [1]. L'historiographie, naturellement plus encline à rechercher les griefs qui expliquent la Révolution de 1830, fit longtemps peu de cas de cette dimension. Elle ignora ou minimisa tout autant, pour les mêmes raisons, l'existence et la persistance en Belgique d'un courant opposé à la scission du Royaume-Uni des Pays-Bas. Il aura fallu, pour que soit prise toute la mesure de cet orangisme belge, l'étude volumineuse que lui a consacrée récemment Els Witte, professeur émérite de la Vrije Universiteit Brussel [2].

    Lire la suite

  • Actrices ou spectatrices, les femmes oubliées de 1830

    PASBEL20170129a.jpg   "Pourquoi pas ?" Ce fut notre première réaction quand Soraya Belghazi nous fit part de l'essai qu'elle a consacré aux femmes dans la Révolution de 1830. En même temps, nous ne pouvions nous empêcher de craindre pour elle qu'en voulant combler un vide historiographique évident, elle n'ait guère pu déboucher que sur un constat de carence. Si la Révolution brabançonne de 1789 a fait passer quelques noms féminins à la postérité, il n'en est plus allé de même quarante ans après. Effet du Code Napoléon, venu entre-temps réserver strictement la scène politique aux hommes ?

       La chercheuse ne s'est pas découragée et ce fut avec raison. Elle nous offre un bel ouvrage [1]. Diplômée en sciences politiques à Paris, vivant à Bruxelles où elle travaille pour une association professionnelle dans le secteur privé, Soraya Belghazi s'est passionnée pour notre histoire dont elle a acquis une parfaite maîtrise. Nous n'y avons pas trouvé de ces petites fautes typiques par lesquelles on reconnaît tout de suite une plume française! Le contingent des archives écrites sur lesquelles elle se fonde aurait pu être plus étoffé (documents, mémoires et correspondances publiés ou numérisés, deux journaux bruxellois et deux gantois...), mais le sujet est au moins défriché. L'étude se signale en outre par une exploitation originale et fructueuse des gravures et caricatures d'époque.

    Lire la suite