Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

bruxelles

  • La Grande Guerre vue d'en haut et d'en bas

       "Les médecins disent que les cas de tuberculose & maladie mentale sont innombrables – très compréhensible quand tout le monde (excepté les quelques favorisés) est sous-alimenté & surmené. Je sens combien il est essentiel d'être convenablement alimenté en ce moment pour garder son équilibre mental. Qu'allons-nous faire pour les vêtements l'hiver prochain!..." Ces lignes figurent à la date du 21 juin 1917 dans les cahiers tenus par Mary Thorp, une Anglaise quinquagénaire établie à Bruxelles et employée comme gouvernante dans une riche famille. Le document reposait au musée In Flanders Fields à Ypres, où il avait été déposé en 1989 comme étant un "journal d'une femme anonyme". Il vient d'être édité, et son auteur identifié, par les historiens Sophie De Schaepdrijver (Penn State University, spécialiste belge de 14-18) et Tammy M. Proctor (Utah State University) [1].

    Lire la suite

  • Où descend la haute société au XVIIIè siècle ?

       Où vit-on, que fait-on, comment se déplace-t-on, où se rend-on quand on appartient aux classes sociales les plus aisées dans la Bruxelles des dernières décennies du XVIIIè siècle ? Sans surprise – car est-ce tellement différent aujourd'hui ? –, les réponses à ces questions font rapidement ressortir une distribution de l'espace urbain entre ceux qui appartiennent à la haute société et les autres.

       Pour son mémoire de master en histoire présenté à l'ULB, Elodie Basso a quantifié et traité cartographiquement les données contenues dans les journaux personnels, les carnets, les mémoires ou la correspondance de six membres de l'élite ayant résidé dans la capitale économique, culturelle et politique des Pays-Bas autrichiens [1]. Résidant majoritairement à l'est de la Senne ou au sud-est de l'enceinte, les auteurs de ces ego-documents, quand ils se déplacent, se rendent pour l'essentiel dans les quartiers articulés autour du Cantersteen où la chercheuse voit le centre de "la probable carte mentale des élites". C'est le lieu du luxueux hôtel d'Angleterre, des belles boutiques et des marchés, de la sociabilité et aussi de nombre d'activités professionnelles. Autour, dans un rayon d'environ 600 mètres, se trouvent la collégiale Sainte-Gudule, la Grand-Place et le palais du gouverneur général Charles de Lorraine. The places to be, dirait-on de nos jours... La palme revient sans doute au théâtre de la Monnaie, que fréquentent les auteurs des six sources analysées. "Son activité était si intense, rapporte Elodie Basso, qu'un règlement de circulation fut établi à ses alentours en raison du désordre provoqué par les carrosses des spectateurs". Les pics de circulation se situent entre 9 et 10 heures du matin pour le travail, le culte, la promenade ou le shopping, entre 18 heures et 18 heures 30 sur les voies conduisant aux théâtres, aux salons ou aux dîners des nombreux notables qui tiennent table ouverte. Il fait calme entre 13-14 heures et 16 heures, temps du repas de midi volontiers prolongé. Après 18 heures, aucun déplacement pédestre de membres de la bonne société n'est recensé: la réputation d'insécurité des rues est bien établie.

    Lire la suite