Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

bruges

  • Naissance et baptême de Bruges

       La naissance de Bruges demeure en grande partie nimbée de mystère. Elle n'a pas fini de fournir aux historiens matière à débats, d'autant que s'y greffent les thèses contradictoires des uns et des autres quant à la genèse même des villes. Pas d'antécédents romains ni mérovingiens en tout cas: aussi, à l'encontre de ce qu'on a longtemps cru, est-il improbable que la "municipium Flandrense" dont il est question dans la Vita Eligii, une vie de saint Eloi datée de la seconde moitié du VIIè siècle ou du début du VIIIè, se réfère déjà à Bruges. Oudenburg constitue ici un candidat beaucoup plus crédible, notamment pour avoir été un castellum de l'Antiquité tardive auquel peut, en effet, s'appliquer le terme alors en vigueur de municipium.

       Où trouver dès lors la plus ancienne mention de Bruges ? Nombre de travaux de vulgarisation évoquent un texte de 892 [1], mais il semble bien, au vu des éléments rassemblés par Georges Declercq (Vrije Universiteit Brussel et Université libre de Bruxelles), qu'on puisse aujourd'hui reculer le curseur de quelques décennies [2].

    Lire la suite

  • Lisez, Eduard de Dene vous parle

       Que l'oralité ait été longtemps le mode principal de transmission de la littérature au plus grand nombre, on le sait assez. Les fêtes, les foires ou de grands événements tels que les Joyeuses Entrées offraient autant d'occasions de représenter des pièces de théâtre, de réciter des poèmes, d'interpréter des chansons, les œuvres en langue vernaculaire étant elles-mêmes bien souvent conçues à cette fin. Mais la diffusion des écrits hors des livres était loin de se limiter à ces seules performances. Pour illustrer les autres modalités en vigueur à l'aube des temps modernes, Samuel Mareel (museum Hof van Busleyden Malines, musée royal des Beaux-Arts Anvers, Université de Gand) s'est penché sur les chemins empruntés par les textes réunis dans le Testament rhetoricael d'Eduard de Dene [1]. Il s'agit d'une anthologie monumentale – environ 300 textes et 25.000 vers –, à la manière du Testament de Villon, d'un auteur célèbre notamment pour ses fables (De warachtighe fabulen der dieren). Né et mort à Bruges (v. 1505 - v. 1578), notaire et juriste, il était aussi membre de deux chambres de rhétorique, ces lieux, en plein essor dans les anciens Pays-Bas, où se réunissaient des écrivains et artistes d'un même métier ou d'un même quartier.

    Lire la suite

  • Deux socles orphelins dans la chapelle de Jérusalem à Bruges

    bruges,adornes,limburg stirum,jérusalem   "Capellam ad honorem et memoriam salutifere passionis domini nostri Jhesu Christi et illius sepulcri sancti sub vocabulo incliti nominis Jherusalem" ("une chapelle en l'honneur et à la mémoire de la salvatrice Passion de notre Seigneur Jésus-Christ et de son Saint Sépulcre connue sous le glorieux vocable du nom de Jérusalem"): ainsi était formulée la requête présentée au pape Martin V, le 12 mai 1427, en vue d'obtenir la consécration de la chapelle de Jérusalem à Bruges. Six siècles après, elle est toujours bien là, à l'entrée de l'actuelle Peperstraat, reconnaissable à la croix de Terre sainte qui surmonte sa tourelle octogonale. Jacques et Pierre II Adornes, descendants d'un commerçant génois, l'avaient fait édifier sur le modèle en réduction de l'église du Saint-Sépulcre. Ils en auraient, selon la tradition, pris les mesures eux-mêmes au cours d'un pèlerinage, mais les sources sont muettes à ce propos. Il est avéré, en revanche, que notre Venise du Nord s'identifiait alors volontiers à la Ville sainte, comme en témoigne le paysage urbain en arrière-plan de la fresque de la Crucifixion, à l'intérieur de l'oratoire auquel on accède depuis l'étage de l'édifice à deux niveaux.

    Lire la suite