Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

amérique du nord

  • Un prince du XIIè siècle en Amérique ? Ce n'était pas qu'un rêve…

    PASBEL20170930a.jpg   Dans le catalogue des sessions de formation proposées aux enseignants par l'Associatie KULeuven, l'une est intitulée "Madoc et la poésie du non-sens au Moyen Âge". Il s'agit d'amener les élèves à déchiffrer une partie d'un manuscrit fragmentaire du XIVè siècle, découvert fortuitement par le professeur Remco Sleiderink dans les archives publiques malinoises. Objectifs didactiques: apprendre comment on faisait des livres avant l'imprimerie, se servir des outils d'aide à d'exploitation des sources anciennes et aussi identifier "les ambiguïtés érotiques et les allusions politiques dans le poème" [1].

       Quel est donc le document qui peut alimenter de si palpitants cours d'histoire ou de langue ? Celui qui l'a mis au jour, spécialiste de la littérature en vieux et moyen néerlandais à l'alma mater louvaniste (Campus Brussel), en a fourni quelques clés dans la livraison estivale de la revue d'études médiévales qui porte justement le nom de Madoc [2]. Accompagné de Herman Mulder (Bibliothèque royale), il a trouvé le filon caché dans la masse des livres de comptes de la Ville de Malines. Y figurait un récit en vers de 1335 présentant des similitudes manifestes avec le très satirique Van den Vos Reynaerde de Willem (XIIIè siècle), adaptation libre du Roman de Renart. Parmi d'autres traits communs, l'auteur s'y moque de la comtesse Mathilde d'Artois qui menait en France un combat vigoureux pour la place des femmes dans les lois de succession.

    Lire la suite

  • De Tournai à New York... sans passer par Ohain

       A Battery Park, sur la pointe sud de Manhattan, se dressent deux monuments dédiés aux colons qui, en 1626, achetèrent aux Indiens cette partie de l'île qui porte leur nom (Manhattes ou Manhattans, liés à la nation Delaware). Le prix défiait toute concurrence: quelques tissus, outils et ustensiles européens pour une valeur de 60 florins d'époque (environ 800 euros actuels, à la grosse louche bien sûr). Ces fondateurs appartenaient à la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, mais ils provenaient en grande partie de nos régions. Là où ils élevèrent une palissade en bois pour se protéger passe aujourd'hui Wall Street, alors que le chemin qu'ils empruntaient pour l'acheminement du blé - breedweg - est devenu Broadway. A la tête de la communauté, Pierre Minuit, qu'on voit en transaction avec un chef autochtone sur un bas-relief à l'entrée du parc, fut longtemps considéré comme un natif d'Ohain, une section de la commune de Lasne dans le Brabant wallon. C'était toutefois erronément, comme le confirme encore Yves Vanden Cruysen dans la biographie qu'il a consacrée au pionnier majeur de New York [1]: les racines familiales de cette grande figure se situent bien dans l'espace belge, mais il faut aller un peu plus au sud, à Tournai, pour les retrouver.

    Lire la suite