Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sciences et techniques

  • Recherches pour élèves sur la Grande Guerre

       "C'est un mythe que les Flamands qui défendaient leur langue sur le front de l'Yser furent implacablement traduits devant des tribunaux militaires francophones". Tel est le constat de l'historien du droit Jos Monballyu, professeur à la Katholieke Universiteit te Leuven (KULeuven), dans le cadre d'une étude basée sur les dossiers pénaux de la Grande Guerre [1]. Il en ressort que peu nombreux furent les militaires poursuivis pour leur engagement flamand supposé et qu'on ne trouve pas trace d'un quelconque arbitraire judiciaire.

       Ce n'est pas le premier travail qui met à rude épreuve des clichés d'autant plus ancrés qu'ils ont fait et font toujours l'objet d'instrumentalisations politiques. A leur critique se sont attelés depuis belle lurette un Lode Wils, de la même université, et plus récemment l'historienne de référence sur 14-18 qu'est Sophie De Schaepdrijver (Pennsylvania State University, Vrije Universiteit Brussel). Celle-ci s'est expliquée, dans un entretien, sur l'origine de sa démarche: "Je suis un produit de la réforme de l'enseignement de l'histoire. Je n'hésite pas à dire que l'histoire fut alors entièrement refondue, et que pendant mes six ans d'enseignement secondaire je n'ai strictement rien appris. Tout ce qu'on m'a enseigné, ce sont ces mythes. Par exemple, que sur l'Yser des soldats flamands mouraient parce qu'ils ne comprenaient pas les ordres donnés en français. J'y croyais dur comme fer, puisqu'on me l'avait répété pendant des années. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris que c'était au fond un mythe – comme il y en avait tant d'autres" [2].

    Lire la suite

  • Les cadavres exquis du Dr Burggraeve

    PASBEL20171218a.jpg   Les Körperwelten, ces expositions de cadavres ou de parties de cadavres humains plastinés selon la technique mise au point par l'anatomiste allemand Gunther von Hagens, soulèvent de nombreux questionnements éthiques et juridiques. Avec un caractère certes moins tapageur et beaucoup moins lucratif, de telles présentations au grand public, loin d'être nouvelles, s'inscrivent dans une tradition qui remonte jusqu'au XVIIè siècle. Le cabinet de curiosités du Hollandais Frederik Ruysch (1638-1731) en constitue un des exemples les plus célèbres. En Belgique, c'est le professeur Adolphe Burggraeve (1806-1902) qui s'est illustré dans cette discipline particulière, ouvrant lui aussi régulièrement au tout-venant ses collections conservées à l'Université de Gand.

    Lire la suite

  • La thèse, l'image et la fête: un cocktail de fin d'études aux temps modernes

        En 1674, au cours d'un débat présidé par le philosophe et théologien Jean Lacman, l'étudiant Philippe Leerse défend ses travaux de fin d'études à l'Université de Louvain. Il les a dédiés à son protecteur Macaire Simeomo, abbé de Saint-Michel à Anvers, ainsi qu'en témoigne une affiche conçue par Erasmus Quellinus et gravée par Richard Collin. Des personnifications de la Logique, de la Physique et de la Métaphysique, jointes à un ange représentant l'Ethique, y entourent le candidat. Celui-ci s'incline respectueusement et tient une grande feuille contenant la dédicace. Les figures allégoriques présentent à l'abbé, siégeant sur un trône, les conclusions de la thèse inscrites sur quatre médaillons. Le postulant donateur est ainsi introduit auprès de son patron.

    Lire la suite