Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Moyen Age

  • Pas de village sans l'église et la place

       "Quelques masures dominées par un clocher et une tour: cette image remplit l'existence de presque tous les gens du XIIIè siècle. Car presque tous sont des ruraux". A la lumière de ce constat de Léopold Genicot [1], il est heureux que l'historiographie, après avoir longtemps privilégié l'origine des villes, ait investi davantage celle des villages. Entourés par les terres cultivées, séparés les uns des autres par les landes, les étendues boisées et autres zones incultes (woestinen), nombre de ceux-ci doivent leur existence aux grands défrichements opérés du XIè siècle au début du XIVè.

       Comme toujours au Moyen Age, la plus grande diversité est de mise. Pendant que des communes arrachent, parfois contre monnaie sonnante et trébuchante, des chartes de franchises à l'autorité locale, d'autres sortent de terre à l'initiative de seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, qui accordent spontanément des privilèges aux paysans pour que ceux-ci s'installent ou restent dans leurs domaines, contribuant à leur exploitation et empêchant qu'ils ne deviennent des no man's lands. Les "villes neuves" qui se multiplient alors sont en réalité des villages neufs.

    Lire la suite

  • Un prince du XIIè siècle en Amérique ? Ce n'était pas qu'un rêve…

    PASBEL20170930a.jpg   Dans le catalogue des sessions de formation proposées aux enseignants par l'Associatie KULeuven, l'une est intitulée "Madoc et la poésie du non-sens au Moyen Âge". Il s'agit d'amener les élèves à déchiffrer une partie d'un manuscrit fragmentaire du XIVè siècle, découvert fortuitement par le professeur Remco Sleiderink dans les archives publiques malinoises. Objectifs didactiques: apprendre comment on faisait des livres avant l'imprimerie, se servir des outils d'aide à d'exploitation des sources anciennes et aussi identifier "les ambiguïtés érotiques et les allusions politiques dans le poème" [1].

       Quel est donc le document qui peut alimenter de si palpitants cours d'histoire ou de langue ? Celui qui l'a mis au jour, spécialiste de la littérature en vieux et moyen néerlandais à l'alma mater louvaniste (Campus Brussel), en a fourni quelques clés dans la livraison estivale de la revue d'études médiévales qui porte justement le nom de Madoc [2]. Accompagné de Herman Mulder (Bibliothèque royale), il a trouvé le filon caché dans la masse des livres de comptes de la Ville de Malines. Y figurait un récit en vers de 1335 présentant des similitudes manifestes avec le très satirique Van den Vos Reynaerde de Willem (XIIIè siècle), adaptation libre du Roman de Renart. Parmi d'autres traits communs, l'auteur s'y moque de la comtesse Mathilde d'Artois qui menait en France un combat vigoureux pour la place des femmes dans les lois de succession.

    Lire la suite

  • Cette perturbante Paix de Dieu…

    PASBEL20170729.JPG   L'opposition d'un évêque au mouvement de la Paix de Dieu lui a-t-elle fourni l'occasion de définir les trois ordres qui caractérisent la société médiévale ? A priori, on ne voit guère le rapport. Et pourtant, c'est la lecture que fit Georges Duby d'un discours contenu dans les Gesta episcoporum Cameracensium (les Actes des évêques de Cambrai), œuvre d'anonymes relatant notamment la campagne menée, dans les premières décennies du XIè siècle, par l'évêque Gérard Ier, fils d'un seigneur de Florennes et petit-fils d'un comte de Hainaut, contre l'interdiction de tout acte belligérant envers "les civils", pour le dire dans le langage actuel.

       Selon le célèbre historien français, Gérard partage avec un autre pontife, Adalbéron de Laon, d'être un des grands porteurs de l'idée d'une chrétienté partagée entre trois ordres dont l'interdépendance garantit l'unité: ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui nourrissent (les paysans, plus tard tous ceux qui travaillent). L'auteur des Trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme (1978) validait ainsi la tripartition des fonctions dans laquelle Georges Dumézil, dès les années '50, avait vu une constante organisationnelle des peuples d'origine indo-européenne. Et pourtant, l'interprétation de Duby est peut-être très éloignée de l'intention des Gesta, de ceux qui les écrivirent comme du personnage qui les inspira. Telle est, en tout cas, la conviction de Sam Janssens (Université de Gand): à le lire, on a ici uniquement affaire à "un cadre textuel pour la formulation de l'argument contre la Paix de Dieu" [1].

    Lire la suite