Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Littératures

  • Henri Conscience et la chouannerie belge

    PASBEL20180402.jpg   La Belgique est française depuis trois ans et Overmere, près de Termonde, appartient au département de l'Escaut quand, le 12 octobre 1798, un huissier, accompagné de quelques soldats de l'armée occupante, vient saisir les biens d'un citoyen récalcitrant à l'impôt. L'affaire fait rapidement le tour du village. Les jeunes commencent à s'attrouper, montrant les dents ou les poings en direction des sbires qui n'en mènent pas large. Les cris de "Vive l'Empereur" (d'Autriche) sont lancés comme autant de défis. Les représentants de l'ordre n'insistent pas: ils s'en vont sous les huées.

       Partie remise, bien sûr. On envoie peu après des gendarmes pour réduire les bagarreurs. Mais les jongens ont ameuté les communes environnantes. La guerre des Paysans est déclenchée. Elle va s'étendre, à des degrés divers, dans toutes nos provinces et, malgré l'appellation réductrice, mobiliser dans toutes les couches sociales. La République mettra trois mois au moins pour venir, partiellement, à bout de l'incendie.

       Un demi-siècle s'est écoulé depuis ces événements quand Henri (ou Hendrik) Conscience en fait, en 1853, la matière d'un roman qui sera l'un de ses plus grands succès, tant en néerlandais qu'en traduction française.

    Lire la suite

  • La fête médiévale pleine de sens

       De tout temps, les carnavals et autres fêtes des fous ont compté, parmi leurs fonctions notoires, celle de dire leur fait à ceux qui le méritaient. Magistrats corrompus, seigneurs impitoyables, clercs aux mœurs dissolues… en prenaient pour leur grade. Il y avait là un fond très moral: les satires, même de mauvais ton, donnaient une leçon d'humilité et de sagesse populaires à ceux qui en faisaient les frais, tout en consolant leurs acteurs et spectateurs d'être parfois si mal dirigés. Mais un autre rôle, autrement important que celui d'une soupape de sûreté, peut être mis en évidence: celui de ciment de la vie commune, fût-ce en toute légèreté et sans avoir l'air d'y toucher. Un projet de recherche en cours à l'Université d'Utrecht vise à éclairer sous cet angle la culture festive du Moyen Age finissant et la production littéraire qui lui était liée [1].

    Lire la suite

  • Le prince de Ligne entre les lignes

    PASBEL20180207.jpg   Frivole, désinvolte, extravagant, léger, farceur, insouciant…: ces épithètes viennent naturellement à l'esprit quand il est question du prince de Ligne. "C'est tout ce qui paroît le plus frivole, qui est souvent le plus essentiel", trouve-t-on sous sa plume. Le propos a été bien choisi pour figurer en exergue du recueil d'études qui vient de lui être consacré, dans le prolongement de deux journées organisées par le Collège Belgique (Académie royale) [1].

       Grand lecteur de Montaigne, qui invitait ses lecteurs à profiter de tous les plaisirs qui se présentaient en compensation des épreuves de la vie, il ne se laisse pas troubler par les contradictions inhérentes à son hédonisme. Il admet que son bonheur doit s'arrêter là où il pourrait nuire à celui d'autrui. Il peut même maudire ceux qui brisent l'harmonie d'un couple. Mais il affirme en même temps la légitimité de toute volupté. "Oh! Que je remercie le Ciel d'avoir ouvert pour moi tous les canaux du plaisir!", lance-t-il dans son Coup d'œil sur Belœil (1781) [2], le château où il convie à des fêtes galantes qui n'ont rien à envier aux tableaux de Watteau. "Charmeur de l'Europe", selon les termes de son biographe britannique Philip Mansel, l'auteur des Contes immoraux semble traîner sans souci sa réputation de badin peu sérieux. Conseiller de Joseph II, il est envoyé par celui-ci en mission auprès de la tsarine Catherine II – à qui il plaît beaucoup. Mais le comte Golovkine, diplomate russe, suggère perfidement que l'Empereur germanique "l'employa surtout avec la Russie dans différentes négociations, comme quelqu'un qu'on pouvait démentir".

    Lire la suite