Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le passé belge - Page 4

  • Les ducs de Bourgogne, recours des réprouvés

       Sauf à être un incurable malfrat, qui ne rêve, après avoir fauté, d'un coup d'éponge pour effacer l'ardoise judiciaire, retourner à la case départ, recevoir une seconde chance ? Dans l'Europe chrétienne où s'est déployée la culture du pardon, les souverains ont reçu ce pouvoir. Il y a la grâce qui remet ou atténue la peine encourue. Il y a aussi la rémission qui va plus loin en restituant à l'individu sa renommée (fama), permettant ainsi sa réinsertion dans la société. La prérogative est royale mais non exclusivement. Nombre de princes territoriaux l'exercent également.

       Marie Nikichine (Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier) a ainsi retrouvé, dans les Archives départementales du Nord de la France, 87 lettres de rémission délivrées par le comte de Flandre et concernant les seuls habitants de Douai, alors ville flamande, entre 1371 et 1493. Les Archives municipales en conservent également [1]. Plus récemment, Rudi Beaulant (Université de Bourgogne) s'est investi dans l'activité rémissive des ducs de Bourgogne, analysant particulièrement la phraséologie qui lui est liée, laquelle fait ressortir "l'image que renvoient ces lettres du bon sujet, mais aussi du prince justicier" [2]. C'est ce travail qui retiendra ici notre attention.

    Lire la suite

  • Le prince de Ligne entre les lignes

    PASBEL20180207.jpg   Frivole, désinvolte, extravagant, léger, farceur, insouciant…: ces épithètes viennent naturellement à l'esprit quand il est question du prince de Ligne. "C'est tout ce qui paroît le plus frivole, qui est souvent le plus essentiel", trouve-t-on sous sa plume. Le propos a été bien choisi pour figurer en exergue du recueil d'études qui vient de lui être consacré, dans le prolongement de deux journées organisées par le Collège Belgique (Académie royale) [1].

       Grand lecteur de Montaigne, qui invitait ses lecteurs à profiter de tous les plaisirs qui se présentaient en compensation des épreuves de la vie, il ne se laisse pas troubler par les contradictions inhérentes à son hédonisme. Il admet que son bonheur doit s'arrêter là où il pourrait nuire à celui d'autrui. Il peut même maudire ceux qui brisent l'harmonie d'un couple. Mais il affirme en même temps la légitimité de toute volupté. "Oh! Que je remercie le Ciel d'avoir ouvert pour moi tous les canaux du plaisir!", lance-t-il dans son Coup d'œil sur Belœil (1781) [2], le château où il convie à des fêtes galantes qui n'ont rien à envier aux tableaux de Watteau. "Charmeur de l'Europe", selon les termes de son biographe britannique Philip Mansel, l'auteur des Contes immoraux semble traîner sans souci sa réputation de badin peu sérieux. Conseiller de Joseph II, il est envoyé par celui-ci en mission auprès de la tsarine Catherine II – à qui il plaît beaucoup. Mais le comte Golovkine, diplomate russe, suggère perfidement que l'Empereur germanique "l'employa surtout avec la Russie dans différentes négociations, comme quelqu'un qu'on pouvait démentir".

    Lire la suite

  • L'Eglise martyre au Congo indépendant

       A Chastre (Brabant wallon), dans le domaine du château de Gentinnes devenu celui de la congrégation du Saint-Esprit, s'élève une chapelle de style moderne, épuré, où sont représentés le Christ en gloire et Marie offrant son fils au monde. A l'extérieur, gravés en lettres de bronze sur une stèle en forme d'œuf, symbole de vie, figurent les noms de 216 hommes et femmes, dont 156 prêtres, religieuses et religieux, victimes des rébellions qui ensanglantèrent l'ex-Congo belge au lendemain de son indépendance. Quand le projet de ce mémorial fut conçu, en 1962, il s'agissait d'honorer la mémoire de vingt spiritains sauvagement torturés, fusillés et achevés à Kongolo (nord du Katanga) par des membres de l'Armée nationale congolaise (ANC). Mais quand le monument fut inauguré, le 7 mai 1967, la liste des assassinés avait plus que décuplé…

       Depuis, la tragédie s'est enfoncée dans les brumes d'un oubli qui contraste singulièrement avec l'incessant rappel du sort, certes peu enviable, de Patrice Lumumba! Le 20 septembre 2014, une cérémonie commémorative en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, présidée par Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, et Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani, ouvrait une première brèche dans l'amnésie collective. Mais il manquait encore une enquête exhaustive. Dries Vanysacker, professeur à la faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université catholique de Louvain (KULeuven), l'a menée à bien [1].

    Lire la suite