Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Figures

  • Catholique, Flamand, Belge: les combats de Tony Herbert

       Le clivage qui, dans le Nord de la Belgique, traverse les paysages politique et économique – le social et le culturel nettement moins – ne date pas d'hier. Dans les années '30 du siècle dernier déjà, on pouvait parler d'une tendance radicale flamande, fédéraliste (ou plus si affinité), incarnée notamment par l'Anversois Lieven Gevaert, premier président du Vlaams Economisch Verbond, par ailleurs à la tête d'une firme devenue mondiale dans le secteur de la photographie. En face s'affichait un courant modéré, belge unioniste, représenté entre autres par Léon-Antoine Bekaert, patron d'une entreprise métallurgique en grande expansion établie à Zwevegem, associée avec la famille Velge (francophone), collaborant avec Ougrée-Marihaye et Cockerill en terres liégeoises. Après la Seconde Guerre mondiale, ces différences se sont affirmées particulièrement au sein du CVP (Parti social-chrétien flamand) où un Gaston Eyskens prolongea à sa manière la ligne Gevaert alors qu'un Théo Lefèvre s'inscrivait dans celle de Bekaert.

       Il est aussi des trajectoires qui, dans les mêmes décennies, sont passées d'une extrémité à l'autre du spectre communautaire. Telle fut celle d'Antoon Herbert, dit Tony, dont un ouvrage collectif né d'un colloque éclaire les multiples facettes [1].

    Lire la suite

  • Adversaire des Lumières, jusqu'à la mort

       Le 16 août 1794 à Mons, le père dominicain Charles-Louis Richard était fusillé après avoir été traduit devant le tribunal révolutionnaire de la ville, au terme d'une longue fuite qui l'avait conduit à Bruxelles, Louvain, Lille, Tournai, Liège et Maastricht. "En marchant au supplice, ce vieillard, d'une énergie extraordinaire, chantait à pleine voix le Te Deum", écrira en 1842, dans Le Messager des sciences historiques de Belgique, l'érudit Renier Chalon sur la base des récits de témoins oculaires. Ainsi s'achevait une longue vie, largement vouée à combattre les philosophes des Lumières, puis le despotisme éclairé de Joseph II et enfin la volonté de soumission de l'Eglise par le régime français (constitution civile du clergé).

    Lire la suite

  • Le prince de Ligne entre les lignes

    PASBEL20180207.jpg   Frivole, désinvolte, extravagant, léger, farceur, insouciant…: ces épithètes viennent naturellement à l'esprit quand il est question du prince de Ligne. "C'est tout ce qui paroît le plus frivole, qui est souvent le plus essentiel", trouve-t-on sous sa plume. Le propos a été bien choisi pour figurer en exergue du recueil d'études qui vient de lui être consacré, dans le prolongement de deux journées organisées par le Collège Belgique (Académie royale) [1].

       Grand lecteur de Montaigne, qui invitait ses lecteurs à profiter de tous les plaisirs qui se présentaient en compensation des épreuves de la vie, il ne se laisse pas troubler par les contradictions inhérentes à son hédonisme. Il admet que son bonheur doit s'arrêter là où il pourrait nuire à celui d'autrui. Il peut même maudire ceux qui brisent l'harmonie d'un couple. Mais il affirme en même temps la légitimité de toute volupté. "Oh! Que je remercie le Ciel d'avoir ouvert pour moi tous les canaux du plaisir!", lance-t-il dans son Coup d'œil sur Belœil (1781) [2], le château où il convie à des fêtes galantes qui n'ont rien à envier aux tableaux de Watteau. "Charmeur de l'Europe", selon les termes de son biographe britannique Philip Mansel, l'auteur des Contes immoraux semble traîner sans souci sa réputation de badin peu sérieux. Conseiller de Joseph II, il est envoyé par celui-ci en mission auprès de la tsarine Catherine II – à qui il plaît beaucoup. Mais le comte Golovkine, diplomate russe, suggère perfidement que l'Empereur germanique "l'employa surtout avec la Russie dans différentes négociations, comme quelqu'un qu'on pouvait démentir".

    Lire la suite