Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Figures

  • Mgr Van Bommel, un catholique social face au communisme

    PASBEL20171111.jpg    L'anniversaire ne pouvait passer inaperçu. Il y a ces jours-ci cent ans que la fraction bolchevique menée par Lénine s'empara du pouvoir en Russie. Le régime qui en résulta allait compter un certain nombre de réalisations sociales et culturelles à son actif. Mais au caractère totalitaire et oppresseur du "socialisme réel" ainsi qu'à ses piètres performances économiques allait s'ajouter un coût humain sans précédent: il serait proche des cent millions de morts, hors des guerres civiles et étrangères, pour l'ensemble des pays où s'imposa l'idéologie marxiste-léniniste, selon le Livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997).

       Près de 70 ans avant l'événement de 1917, en février 1848, le spectre "hantait" déjà l'Europe, aux dires de Marx et Engels qui signaient alors le Manifeste du parti communiste. Fait remarquable: le même mois, le 18 exactement, l'évêque de Liège Mgr Corneille Van Bommel publiait un mandement, destiné à être lu en chaire, où il évoquait la "grande catastrophe" que constituerait la mise en œuvre des "doctrines empoisonnées du communisme", appelant les fidèles à leurs devoirs "à l'approche des dangers qui menacent la religion et la société". Philippe Dieudonné (Université de Liège) s'est livré à une recherche, notamment dans les Archives de l'évêché, sur cet écrit, sa genèse et son contexte [1]. Il en ressort que si le prélat ne pouvait imaginer l'ampleur des tragédies du XXè siècle et si les contre-feux qu'il préconisait, considérés rétrospectivement, n'étaient guère à la hauteur du défi, il ne manqua cependant pas de clairvoyance sur bien des points.

    Lire la suite

  • La sociologie, l'Amérique latine et les "nouveaux prêtres"

       La question est récurrente à propos des enquêtes sociologiques ou d'opinion, quel qu'en soit l'objet: sont-elles informatives ou normatives, reflètent-elles un état de fait sans plus ou contribuent-elles, de propos délibéré ou non, à modifier celui-ci ? Le jésuite Jan Kerkhofs, professeur à l'Université catholique de Louvain (KULeuven), qui fut un des principaux artisans des recherches d'envergure menées dans plusieurs pays par l'European Value Systems Study Group (EVSSG), penchait nettement pour le deuxième terme de l'alternative. Desdites recherches, il déduisait la nécessité notamment de prêcher, plutôt que "le Dieu du déisme, celui qui entérine l'ordre", le Dieu "de l'histoire, celui de Hegel et de Teilhard de Chardin, qui a un lien avec l'évolution de la société" [1]. En d'autres mots mais tout aussi explicites, un article de la revue interdiocésaine belge La Foi et le Temps, rendant compte d'une enquête menée sur la religion des Belges pour et par le journal Le Soir, titrait: "Ecouter ce que l'Esprit dit aux Eglises" [2].

       Ces exemples remontent à plus de trois décennies déjà, mais le courant prend sa source plus loin encore. La corrélation entre études sociales et positionnements est ainsi au centre de l'itinéraire de deux prêtres de la même génération, actifs dès les années 1950, sur lesquels s'est penché Olivier Chatelan, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Jean Moulin - Lyon 3. Les profils et les engagements du Français Michel Quoist (1921-1997) et du Belge François Houtart (1925-2017) ont été, en effet, façonnés au contact de la sociologie religieuse urbaine puis de l'Amérique latine en passant par l'Action catholique [3]. Pourquoi l'Amérique latine ? Des historiens ont proposé diverses interprétations d'un engouement au sein de la mouvance catholique "progressiste", qui font appel notamment au désenchantement suscité par le modèle soviétique et les indépendances africaines, à l'influence de théologiens et d'intellectuels tels que Joseph Comblin et Louis-Joseph Lebret – eux-mêmes très "sociologistes" – ou encore au prestige de figures militantes telles que Camillo Torres et dom Hélder Câmara...

    Lire la suite

  • De Tournai à New York... sans passer par Ohain

       A Battery Park, sur la pointe sud de Manhattan, se dressent deux monuments dédiés aux colons qui, en 1626, achetèrent aux Indiens cette partie de l'île qui porte leur nom (Manhattes ou Manhattans, liés à la nation Delaware). Le prix défiait toute concurrence: quelques tissus, outils et ustensiles européens pour une valeur de 60 florins d'époque (environ 800 euros actuels, à la grosse louche bien sûr). Ces fondateurs appartenaient à la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, mais ils provenaient en grande partie de nos régions. Là où ils élevèrent une palissade en bois pour se protéger passe aujourd'hui Wall Street, alors que le chemin qu'ils empruntaient pour l'acheminement du blé - breedweg - est devenu Broadway. A la tête de la communauté, Pierre Minuit, qu'on voit en transaction avec un chef autochtone sur un bas-relief à l'entrée du parc, fut longtemps considéré comme un natif d'Ohain, une section de la commune de Lasne dans le Brabant wallon. C'était toutefois erronément, comme le confirme encore Yves Vanden Cruysen dans la biographie qu'il a consacrée au pionnier majeur de New York [1]: les racines familiales de cette grande figure se situent bien dans l'espace belge, mais il faut aller un peu plus au sud, à Tournai, pour les retrouver.

    Lire la suite