Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Eglises et religions

  • Guy de Brès, le ténor tragique du calvinisme

    PASBEL20180621a.jpg   Dans la nuit du 1er novembre 1561 à Tournai, un groupe d'hommes s'approche du château du gouverneur de Hainaut. Par-dessus le mur, vers la cour intérieure, ils lancent plusieurs exemplaires d'un livre dont l'auteur, Guy de Brès, fait partie de l'équipée. Objectif: que le roi Philippe II et sa gouvernante aux Pays-Bas Marguerite de Parme en reçoivent un exemplaire. L'ouvrage est intitulé Confession de foy, traduit en latin sous le titre Confessio Belgica. Il se veut un compendium de la foi des réformés, partiellement inspiré de la Confession française dite de La Rochelle. Dans une lettre d'accompagnement, des Tournaisiens gagnés à "la pureté de la doctrine" se plaignent des persécutions subies. "Nos ennemis vous ont rempli les oreilles de tas de faux rapports", écrivent-ils dans l'espoir d'être lus à l'Escurial.

    Lire la suite

  • Adversaire des Lumières, jusqu'à la mort

       Le 16 août 1794 à Mons, le père dominicain Charles-Louis Richard était fusillé après avoir été traduit devant le tribunal révolutionnaire de la ville, au terme d'une longue fuite qui l'avait conduit à Bruxelles, Louvain, Lille, Tournai, Liège et Maastricht. "En marchant au supplice, ce vieillard, d'une énergie extraordinaire, chantait à pleine voix le Te Deum", écrira en 1842, dans Le Messager des sciences historiques de Belgique, l'érudit Renier Chalon sur la base des récits de témoins oculaires. Ainsi s'achevait une longue vie, largement vouée à combattre les philosophes des Lumières, puis le despotisme éclairé de Joseph II et enfin la volonté de soumission de l'Eglise par le régime français (constitution civile du clergé).

    Lire la suite

  • L'Eglise martyre au Congo indépendant

       A Chastre (Brabant wallon), dans le domaine du château de Gentinnes devenu celui de la congrégation du Saint-Esprit, s'élève une chapelle de style moderne, épuré, où sont représentés le Christ en gloire et Marie offrant son fils au monde. A l'extérieur, gravés en lettres de bronze sur une stèle en forme d'œuf, symbole de vie, figurent les noms de 216 hommes et femmes, dont 156 prêtres, religieuses et religieux, victimes des rébellions qui ensanglantèrent l'ex-Congo belge au lendemain de son indépendance. Quand le projet de ce mémorial fut conçu, en 1962, il s'agissait d'honorer la mémoire de vingt spiritains sauvagement torturés, fusillés et achevés à Kongolo (nord du Katanga) par des membres de l'Armée nationale congolaise (ANC). Mais quand le monument fut inauguré, le 7 mai 1967, la liste des assassinés avait plus que décuplé…

       Depuis, la tragédie s'est enfoncée dans les brumes d'un oubli qui contraste singulièrement avec l'incessant rappel du sort, certes peu enviable, de Patrice Lumumba! Le 20 septembre 2014, une cérémonie commémorative en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, présidée par Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, et Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani, ouvrait une première brèche dans l'amnésie collective. Mais il manquait encore une enquête exhaustive. Dries Vanysacker, professeur à la faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université catholique de Louvain (KULeuven), l'a menée à bien [1].

    Lire la suite