Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Economies

  • Pas de village sans l'église et la place

       "Quelques masures dominées par un clocher et une tour: cette image remplit l'existence de presque tous les gens du XIIIè siècle. Car presque tous sont des ruraux". A la lumière de ce constat de Léopold Genicot [1], il est heureux que l'historiographie, après avoir longtemps privilégié l'origine des villes, ait investi davantage celle des villages. Entourés par les terres cultivées, séparés les uns des autres par les landes, les étendues boisées et autres zones incultes (woestinen), nombre de ceux-ci doivent leur existence aux grands défrichements opérés du XIè siècle au début du XIVè.

       Comme toujours au Moyen Age, la plus grande diversité est de mise. Pendant que des communes arrachent, parfois contre monnaie sonnante et trébuchante, des chartes de franchises à l'autorité locale, d'autres sortent de terre à l'initiative de seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, qui accordent spontanément des privilèges aux paysans pour que ceux-ci s'installent ou restent dans leurs domaines, contribuant à leur exploitation et empêchant qu'ils ne deviennent des no man's lands. Les "villes neuves" qui se multiplient alors sont en réalité des villages neufs.

    Lire la suite

  • Pourquoi les Campinois sont si débrouillards

       L'opinion est quasi générale chez les archéologues, les géologues et les historiens: la Campine a été la proie des sables, à la fin du Moyen Age, à cause de la forte densité de sa population, celle-ci faisant reculer les bois et les couches végétales qui protégeaient le sol de l'amoncellement des apports éoliens. Cette thèse écologico-malthusienne est pourtant battue en brèche aujourd'hui par Maïka De Keyzer (Université d'Utrecht): de sa recherche ressort que c'est, tout au contraire, quand la pression sur l'environnement fut la plus forte que le défi sableux a été le mieux managé [1]. Un débat qui peut éveiller bien des résonances en notre temps…

    Lire la suite

  • Maraudages et braconnages au temps de Louis Rouget

       Le 22 février 1845, une cinquantaine de personnes menées par un aide-maçon de Torhout, Francis Verhaeghe, vont couper un taillis qui appartient au bureau de bienfaisance de la commune. Le meneur est condamné à une peine d'un mois de prison. L'année suivante, un nouveau dossier est ouvert contre le même homme, accusé cette fois de s'en être pris à l'arbre de la liberté dressé sur la Grand-Place.

       Considéré à partir de nos critères judiciaires actuels, le cas peut paraître banal. Il l'est pourtant moins à l'époque, car pour les mêmes faits, quelques décennies auparavant, aucune poursuite n'aurait été intentée. Entre-temps, en effet, est intervenu ce que des historiens et au moins un contemporain fameux, à savoir Karl Marx, ont pu qualifier de "criminalisation des pratiques coutumières", ici le prélèvement du bois. Les fruits de la terre – à distinguer de la terre elle-même – avaient jadis une destination en principe universelle. Ils l'ont à présent perdue.

    Lire la suite