Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Economies

  • Comment faire payer la France sans la ruiner ?

    PASBEL20180516a.JPG   "Le boche payera!" Ce slogan célèbre des lendemains de la Première Guerre mondiale trouva sa concrétisation dans les réparations imposées à l'Allemagne vaincue pour les dommages subis par les régions envahies. Si la dernière mouture du plan avait été pleinement exécutée, le dernier versement aurait eu lieu en 1988! Mais la charge, trop lourde, fut définitivement abandonnée en 1932. Et après 1945, on cessa rapidement, du côté occidental, de nourrir toute nouvelle illusion.

       Moins connue, plus lointaine, la question des indemnisations dues par la France au terme des guerres napoléoniennes ne s'est pas posée avec moins d'acuité. A la différence de la république de Weimar, la monarchie restaurée de Louis XVIII s'acquitta au bout du compte de ses obligations, même si ce ne fut pas sans mal. Et tout logiquement avaient émergé, parmi les revendications les plus importantes, celles des provinces constitutives de la Belgique.

    Lire la suite

  • Naissance et baptême de Bruges

       La naissance de Bruges demeure en grande partie nimbée de mystère. Elle n'a pas fini de fournir aux historiens matière à débats, d'autant que s'y greffent les thèses contradictoires des uns et des autres quant à la genèse même des villes. Pas d'antécédents romains ni mérovingiens en tout cas: aussi, à l'encontre de ce qu'on a longtemps cru, est-il improbable que la "municipium Flandrense" dont il est question dans la Vita Eligii, une vie de saint Eloi datée de la seconde moitié du VIIè siècle ou du début du VIIIè, se réfère déjà à Bruges. Oudenburg constitue ici un candidat beaucoup plus crédible, notamment pour avoir été un castellum de l'Antiquité tardive auquel peut, en effet, s'appliquer le terme alors en vigueur de municipium.

       Où trouver dès lors la plus ancienne mention de Bruges ? Nombre de travaux de vulgarisation évoquent un texte de 892 [1], mais il semble bien, au vu des éléments rassemblés par Georges Declercq (Vrije Universiteit Brussel et Université libre de Bruxelles), qu'on puisse aujourd'hui reculer le curseur de quelques décennies [2].

    Lire la suite

  • La construction à l'ère du management

       En décembre 1931, un groupe de 250 entrepreneurs généraux visite le chantier du premier tunnel sous l'Escaut à Anvers, guidé par des collègues mais aussi des ingénieurs représentant des entreprises telles que les Pieux Franki, De Wandre, Melard, Van Hauwaert, Maistriau, Van Overloop… L'initiative, due à l'associatif professionnel et visant à favoriser le transfert des savoirs, est réitérée en 1935, cette fois à Bruxelles, sur le plateau du Heysel où on bâtit le palais des Expositions. Mais les relations entre les métiers de la construction sont loin d'avoir été toujours à aussi beau fixe…

       Le secteur a connu une croissance impressionnante. De 21.000 en 1846, le nombre de personnes qui y sont employées est passé à plus de 150.000 en 1937 (de 1,5 à 4,6 % de l'emploi global) et il se sera encore accru de plus de 100.000 unités en 1961. Cette évolution est allée de pair avec l'émergence de la fonction de l'entrepreneur général en tant que gestionnaire de l'organisation et de l'exécution des projets. Une redéfinition et une redistribution des responsabilités entre les différentes compétences concernées en ont résulté. Les architectes ont ainsi cessé d'être impliqués dans tout le processus de la construction, comme c'était encore le cas au début du XIXè siècle, en vertu d'usages séculaires confirmés par le Code civil de 1804. Les tensions liées à ces changements, entre acteurs ainsi qu'entre nouvelles pratiques et cadre légal, constituent un des thèmes les plus récurrents relevés par Jelena Dobbels et Inge Bertels dans leur étude de contenu de la presse spécialisée et des organisations des entrepreneurs [1].

    Lire la suite