Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • L'autre âge d'or de la gauche ultra

       A l'heure où les sondages promettent une percée électorale d'appréciable ampleur au Parti du travail de Belgique (PTB), il n'est pas sans intérêt de revenir sur cet autre âge d'or de l'extrême gauche – appelée aujourd'hui gauche radicale – que furent les années '70 du siècle dernier, dans le sillage de Mai 68. Le contexte très particulier de l'immédiat après-guerre n'autorise guère, en revanche, le parallèle avec le précédent temps fort que fut le raz-de-marée du Parti communiste de Belgique (PCB) aux élections législatives de 1946, d'où il sortit troisième parti du pays (23 sièges, devant les libéraux qui en comptaient 17). La vague rouge déferlante après nos golden sixties n'a guère eu, pour sa part, de répercussions dans les urnes. C'est davantage par le foisonnement des nouveaux partis et mouvements alternatifs qu'elle se caractérise.

    Lire la suite

  • Les ducs de Bourgogne, recours des réprouvés

       Sauf à être un incurable malfrat, qui ne rêve, après avoir fauté, d'un coup d'éponge pour effacer l'ardoise judiciaire, retourner à la case départ, recevoir une seconde chance ? Dans l'Europe chrétienne où s'est déployée la culture du pardon, les souverains ont reçu ce pouvoir. Il y a la grâce qui remet ou atténue la peine encourue. Il y a aussi la rémission qui va plus loin en restituant à l'individu sa renommée (fama), permettant ainsi sa réinsertion dans la société. La prérogative est royale mais non exclusivement. Nombre de princes territoriaux l'exercent également.

       Marie Nikichine (Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier) a ainsi retrouvé, dans les Archives départementales du Nord de la France, 87 lettres de rémission délivrées par le comte de Flandre et concernant les seuls habitants de Douai, alors ville flamande, entre 1371 et 1493. Les Archives municipales en conservent également [1]. Plus récemment, Rudi Beaulant (Université de Bourgogne) s'est investi dans l'activité rémissive des ducs de Bourgogne, analysant particulièrement la phraséologie qui lui est liée, laquelle fait ressortir "l'image que renvoient ces lettres du bon sujet, mais aussi du prince justicier" [2]. C'est ce travail qui retiendra ici notre attention.

    Lire la suite

  • Le prince de Ligne entre les lignes

    PASBEL20180207.jpg   Frivole, désinvolte, extravagant, léger, farceur, insouciant…: ces épithètes viennent naturellement à l'esprit quand il est question du prince de Ligne. "C'est tout ce qui paroît le plus frivole, qui est souvent le plus essentiel", trouve-t-on sous sa plume. Le propos a été bien choisi pour figurer en exergue du recueil d'études qui vient de lui être consacré, dans le prolongement de deux journées organisées par le Collège Belgique (Académie royale) [1].

       Grand lecteur de Montaigne, qui invitait ses lecteurs à profiter de tous les plaisirs qui se présentaient en compensation des épreuves de la vie, il ne se laisse pas troubler par les contradictions inhérentes à son hédonisme. Il admet que son bonheur doit s'arrêter là où il pourrait nuire à celui d'autrui. Il peut même maudire ceux qui brisent l'harmonie d'un couple. Mais il affirme en même temps la légitimité de toute volupté. "Oh! Que je remercie le Ciel d'avoir ouvert pour moi tous les canaux du plaisir!", lance-t-il dans son Coup d'œil sur Belœil (1781) [2], le château où il convie à des fêtes galantes qui n'ont rien à envier aux tableaux de Watteau. "Charmeur de l'Europe", selon les termes de son biographe britannique Philip Mansel, l'auteur des Contes immoraux semble traîner sans souci sa réputation de badin peu sérieux. Conseiller de Joseph II, il est envoyé par celui-ci en mission auprès de la tsarine Catherine II – à qui il plaît beaucoup. Mais le comte Golovkine, diplomate russe, suggère perfidement que l'Empereur germanique "l'employa surtout avec la Russie dans différentes négociations, comme quelqu'un qu'on pouvait démentir".

    Lire la suite