Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Gueules noires, Pays noir, mauvaises mines

       Devenu un lieu mémorial, muséal et culturel, le site du charbonnage du Bois du Cazier à Marcinelle doit sa réhabilitation, entreprise trente ans après sa fermeture en 1967, à la catastrophe dont il fut le théâtre le 8 août 1956. Dans cette tragédie qui coûta la vie à 262 mineurs, Thierry Demet, auteur du guide Badeaux consacré à notre industrie houillère, voit "le reflet d'une imprévoyance coupable en matière de sécurité et du maintien d'installations obsolètes" [1]. On ne saurait mieux dire. Mais au-delà des causes immédiates, liées à une conception de la rentabilité à courte vue, d'autres plongent leurs racines plus loin, notamment dans la poursuite d'un dimensionnement toujours accru des sociétés au fil du temps et dans l'éloignement qui en résulte entre décideurs et exécutants.

    Lire la suite

  • Les cadavres exquis du Dr Burggraeve

    PASBEL20171218a.jpg   Les Körperwelten, ces expositions de cadavres ou de parties de cadavres humains plastinés selon la technique mise au point par l'anatomiste allemand Gunther von Hagens, soulèvent de nombreux questionnements éthiques et juridiques. Avec un caractère certes moins tapageur et beaucoup moins lucratif, de telles présentations au grand public, loin d'être nouvelles, s'inscrivent dans une tradition qui remonte jusqu'au XVIIè siècle. Le cabinet de curiosités du Hollandais Frederik Ruysch (1638-1731) en constitue un des exemples les plus célèbres. En Belgique, c'est le professeur Adolphe Burggraeve (1806-1902) qui s'est illustré dans cette discipline particulière, ouvrant lui aussi régulièrement au tout-venant ses collections conservées à l'Université de Gand.

    Lire la suite

  • Regards russes sur la Belgique plurielle

    PASBEL20171209a.jpg   Relatant son voyage accompli en Belgique en 1862, Vasili Vodovozov, professeur à l'institut Smolny de Saint-Pétersbourg, constate avec étonnement que "dans la classe sociale cultivée les deux langues sont également courantes" et que "des livres de lecture populaire, des manuels et d'autres ouvrages pédagogiques paraissent dans l'une ou l'autre langue". Voilà qui ne cadre guère avec la représentation courante d'une langue flamande alors uniformément méconnue, négligée, méprisée dans nos hautes sphères! Ce témoignage parmi d'autres est relevé par Vladimir Ronin (Université catholique de Louvain - KULeuven), spécialiste des relations culturelles entre l'Est et l'Ouest, dans une étude, qui ne date pas d'hier mais conserve tout son intérêt, sur l'image renvoyée par les Russes venus sous nos cieux au cours du XIXè siècle et au début du XXè [1].

       Même balbutiante, certainement encore loin du compte, la pluralité assumée a le don d'étonner les sujets du Tsar en ce temps où il ne paraît nullement singulier que le Journal de Saint-Pétersbourg, organe officieux du ministère des Affaires étrangères, soit publié en français. "Habitués à la domination du français dans les couches supérieures de la société russe", écrit Vladimir Ronin, les auteurs voyageurs "ont été visiblement impressionnés par le fait que l'élite belge du milieu du XIXè siècle, tout en étant francophone, s'est plus ou moins familiarisée avec le néerlandais ("le flamand")".

    Lire la suite