Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Le prix des grains, ce cher souci

       Ce n'est pas pour rien que le mot blé, dans le langage populaire, est synonyme d'argent. L'attention portée par les pouvoirs publics au prix des céréales, même au temps du libéralisme économique effréné, trouve sa concrétisation dans les mercuriales (de Mercure, dieu des commerçants) dont Wouter Ronsijn (Université de Gand) et Laurent Herment (CNRS) ont retracé l'évolution de la fin du XVIIIè siècle à la veille de la Première Guerre mondiale [1]. Les mercuriales sont des tableaux où sont consignés les cours et les quantités de produits ici agricoles, dont les plus importants en Belgique, pendant la plus grande partie de cette période, sont le seigle suivi du froment et de l'avoine. C'est un truisme de dire qu'ils connaissent des hauts et des bas. Le prix du froment autour de 1815, par exemple, est jusqu'à 3,5 fois plus élevé que son prix une dizaine d'années plus tard.

       L'enjeu pour les autorités est notamment d'être alertées de ces mouvements et aussi de disposer d'une base pour fixer et contrôler droits et taxes. De l'examen peuvent résulter des décisions visant à restreindre ou prohiber les importations ou les exportations afin de protéger respectivement les producteurs ou les consommateurs, selon les contextes. C'est ce qu'on appelle l'échelle mobile, appliquée en Belgique entre 1834 et le milieu du siècle. Plus tard, la protection du pouvoir d'achat prendra la forme de l'indexation des salaires sur les prix de détail. Il faudra s'enquérir de ces derniers et ne plus s'en tenir aux prix de gros (payés au producteur).

    Lire la suite

  • La Grande Guerre vue d'en haut et d'en bas

       "Les médecins disent que les cas de tuberculose & maladie mentale sont innombrables – très compréhensible quand tout le monde (excepté les quelques favorisés) est sous-alimenté & surmené. Je sens combien il est essentiel d'être convenablement alimenté en ce moment pour garder son équilibre mental. Qu'allons-nous faire pour les vêtements l'hiver prochain!..." Ces lignes figurent à la date du 21 juin 1917 dans les cahiers tenus par Mary Thorp, une Anglaise quinquagénaire établie à Bruxelles et employée comme gouvernante dans une riche famille. Le document reposait au musée In Flanders Fields à Ypres, où il avait été déposé en 1989 comme étant un "journal d'une femme anonyme". Il vient d'être édité, et son auteur identifié, par les historiens Sophie De Schaepdrijver (Penn State University, spécialiste belge de 14-18) et Tammy M. Proctor (Utah State University) [1].

    Lire la suite

  • La sociologie, l'Amérique latine et les "nouveaux prêtres"

       La question est récurrente à propos des enquêtes sociologiques ou d'opinion, quel qu'en soit l'objet: sont-elles informatives ou normatives, reflètent-elles un état de fait sans plus ou contribuent-elles, de propos délibéré ou non, à modifier celui-ci ? Le jésuite Jan Kerkhofs, professeur à l'Université catholique de Louvain (KULeuven), qui fut un des principaux artisans des recherches d'envergure menées dans plusieurs pays par l'European Value Systems Study Group (EVSSG), penchait nettement pour le deuxième terme de l'alternative. Desdites recherches, il déduisait la nécessité notamment de prêcher, plutôt que "le Dieu du déisme, celui qui entérine l'ordre", le Dieu "de l'histoire, celui de Hegel et de Teilhard de Chardin, qui a un lien avec l'évolution de la société" [1]. En d'autres mots mais tout aussi explicites, un article de la revue interdiocésaine belge La Foi et le Temps, rendant compte d'une enquête menée sur la religion des Belges pour et par le journal Le Soir, titrait: "Ecouter ce que l'Esprit dit aux Eglises" [2].

       Ces exemples remontent à plus de trois décennies déjà, mais le courant prend sa source plus loin encore. La corrélation entre études sociales et positionnements est ainsi au centre de l'itinéraire de deux prêtres de la même génération, actifs dès les années 1950, sur lesquels s'est penché Olivier Chatelan, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Jean Moulin - Lyon 3. Les profils et les engagements du Français Michel Quoist (1921-1997) et du Belge François Houtart (1925-2017) ont été, en effet, façonnés au contact de la sociologie religieuse urbaine puis de l'Amérique latine en passant par l'Action catholique [3]. Pourquoi l'Amérique latine ? Des historiens ont proposé diverses interprétations d'un engouement au sein de la mouvance catholique "progressiste", qui font appel notamment au désenchantement suscité par le modèle soviétique et les indépendances africaines, à l'influence de théologiens et d'intellectuels tels que Joseph Comblin et Louis-Joseph Lebret – eux-mêmes très "sociologistes" – ou encore au prestige de figures militantes telles que Camillo Torres et dom Hélder Câmara...

    Lire la suite