Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Cette perturbante Paix de Dieu…

    PASBEL20170729.JPG   L'opposition d'un évêque au mouvement de la Paix de Dieu lui a-t-elle fourni l'occasion de définir les trois ordres qui caractérisent la société médiévale ? A priori, on ne voit guère le rapport. Et pourtant, c'est la lecture que fit Georges Duby d'un discours contenu dans les Gesta episcoporum Cameracensium (les Actes des évêques de Cambrai), œuvre d'anonymes relatant notamment la campagne menée, dans les premières décennies du XIè siècle, par l'évêque Gérard Ier, fils d'un seigneur de Florennes et petit-fils d'un comte de Hainaut, contre l'interdiction de tout acte belligérant envers "les civils", pour le dire dans le langage actuel.

       Selon le célèbre historien français, Gérard partage avec un autre pontife, Adalbéron de Laon, d'être un des grands porteurs de l'idée d'une chrétienté partagée entre trois ordres dont l'interdépendance garantit l'unité: ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui nourrissent (les paysans, plus tard tous ceux qui travaillent). L'auteur des Trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme (1978) validait ainsi la tripartition des fonctions dans laquelle Georges Dumézil, dès les années '50, avait vu une constante organisationnelle des peuples d'origine indo-européenne. Et pourtant, l'interprétation de Duby est peut-être très éloignée de l'intention des Gesta, de ceux qui les écrivirent comme du personnage qui les inspira. Telle est, en tout cas, la conviction de Sam Janssens (Université de Gand): à le lire, on a ici uniquement affaire à "un cadre textuel pour la formulation de l'argument contre la Paix de Dieu" [1].

    Lire la suite

  • Toujours moins de berceaux, pourquoi ?

       Avec onze ou douze berceaux par an pour 1000 habitants, la Belgique affiche aujourd'hui un des plus faibles taux de natalité du monde. Au XIXè siècle, il était trois fois plus élevé qu'en ce début du XXIè, évoluant entre 30 et 35 ‰. La chute libre a commencé au début du XXè siècle et n'a été, depuis, interrompue durablement que pendant les vingt années de rebond qui suivirent la Seconde Guerre mondiale (autour de 17 ‰). La récupération intervenue après 1918 avait été quant à elle beaucoup plus éphémère et la reprise enregistrée après les années 1980 fut trop légère. Comment expliquer ce déficit qui frappe, à des degrés divers, tous les pays du monde occidental ?

    PASBEL20170723a.JPG

       Il n'est pas douteux que les causes économiques, fréquemment invoquées, jouent ici un grand rôle. Mais elles interagissent avec beaucoup d'autres et n'opèrent pas toujours en conformité avec les prédictions. C'est ce qui ressort de l'éclairage sur la longue durée – de la fin de l'Ancien Régime à nos jours – que jettent Thierry Eggerickx, Sandra Brée et Mélanie Bourguignon, du centre de recherche en démographie de l'Université catholique de Louvain, après avoir confronté les modèles théoriques et les monographies réalisées particulièrement en région wallonne [1].

    Lire la suite

  • A la Belgique il faut un droit: la lente émancipation du Code Napoléon

    PASBEL20170716.jpg   C'était un des plus chers souhaits des membres du Congrès national, qui rédigèrent la Constitution de la Belgique indépendante: que le pays se dote rapidement d'une législation au sein de laquelle un code civil spécifique "serait la plus puissante manifestation de la souveraineté nationale", relatent Elisabeth Bruyère et Matthias Van Der Haegen [1]. Mais ce ne fut pas vite dit, vite fait. Aujourd'hui encore, malgré certaines évolutions, le droit belge demeure largement en filiation avec le droit mis en vigueur sous le régime français. Les Pays-Bas, animés de la même volonté d'émancipation de l'héritage napoléonien, allèrent plus rapidement en besogne. Dès 1838, leur Burgerlijk Wetboek était promulgué. Il avait, il est vrai, été mis en chantier dès avant la séparation et l'idée même d'une codification avait plus d'antériorité chez "nos anciens frères du nord" que chez nous.

       Mais la motivation belge était manifestement ténue. Il s'agissait alors moins de se démarquer des influences françaises que des hollandaises. Les chercheurs précités, de l'institut d'histoire du droit de l'Université de Gand, n'hésitent pas à parler d'un "total désintérêt" à l'égard d'un code propre: "La "léthargie" était même d'une telle nature que c'est en 1949 seulement que les termes "français" ont été remplacés par "belge". Pas plus tard qu'en 2014, des adaptations de ce genre ont encore eu lieu". On verra comment cette dépendance persistance envers le corpus initialement impérial a pu se révéler lourde d'implications…

    Lire la suite