Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • A la Belgique il faut un droit: la lente émancipation du Code Napoléon

    PASBEL20170716.jpg   C'était un des plus chers souhaits des membres du Congrès national, qui rédigèrent la Constitution de la Belgique indépendante: que le pays se dote rapidement d'une législation au sein de laquelle un code civil spécifique "serait la plus puissante manifestation de la souveraineté nationale", relatent Elisabeth Bruyère et Matthias Van Der Haegen [1]. Mais ce ne fut pas vite dit, vite fait. Aujourd'hui encore, malgré certaines évolutions, le droit belge demeure largement en filiation avec le droit mis en vigueur sous le régime français. Les Pays-Bas, animés de la même volonté d'émancipation de l'héritage napoléonien, allèrent plus rapidement en besogne. Dès 1838, leur Burgerlijk Wetboek était promulgué. Il avait, il est vrai, été mis en chantier dès avant la séparation et l'idée même d'une codification avait plus d'antériorité chez "nos anciens frères du nord" que chez nous.

       Mais la motivation belge était manifestement ténue. Il s'agissait alors moins de se démarquer des influences françaises que des hollandaises. Les chercheurs précités, de l'institut d'histoire du droit de l'Université de Gand, n'hésitent pas à parler d'un "total désintérêt" à l'égard d'un code propre: "La "léthargie" était même d'une telle nature que c'est en 1949 seulement que les termes "français" ont été remplacés par "belge". Pas plus tard qu'en 2014, des adaptations de ce genre ont encore eu lieu". On verra comment cette dépendance persistance envers le corpus initialement impérial a pu se révéler lourde d'implications…

    Lire la suite

  • A la Ville ou au Duché, les comptables d'antan

       Entre 1295 et 1500, vingt hommes ayant exercé la fonction de clerc de la Ville de Mons ont été recensés. Il ne s'agit pas ici d'ecclésiastiques mais bien d'officiers à gages, en charge notamment des comptes de la massarderie, ainsi qu'on appelle alors la perception des impôts dans le comté de Hainaut – aujourd'hui partagé entre la province belge du même nom et le département français du Nord. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Où vont-ils ?... Les sources n'abondent pas pour reconstituer les itinéraires de ces personnages majeurs. Il faut les appréhender à travers les comptes eux-mêmes et les registres conservés aux Archives de la capitale hennuyère [1].

    Lire la suite

  • Des iguanodons et des hommes

    PASBEL20170702a.JPG   "Découverte surprenante. Ossements dans faille charbonnage Bernissart". Ainsi commençait le télégramme adressé le 12 avril 1878 par l'ingénieur en chef des Mines de la province de Hainaut Gustave Arnould au directeur du musée royal d'Histoire naturelle à Bruxelles Edouard Dupont. Presque 140 ans plus tard, exposés dans une cage vitrée de 300 m² construite sur trois niveaux, les iguanodons sont toujours les vedettes de ce qui est devenu le muséum de l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB).

       Comme beaucoup, Sandra Cordier n'a pas oublié son émotion d'enfant quand, en visite scolaire, elle s'est trouvée en présence de ces immenses squelettes. Graphiste et paléontologue amateur, elle vient de publier le fruit de sept années de recherches consacrées à ce que les scientifiques ne traitent guère: l'histoire de la découverte mais aussi de ses fortunes et infortunes ultérieures, des doutes et des débats parfois virulents qu'elle suscita [1]. Le travail se fonde sur les archives, les publications originales, les rencontres avec des descendants des acteurs de l'époque... On y apprend que les documents relatifs aux dinosaures de Bernissart n'ont jamais été classés ni inventoriés à l'IRSNB, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes pour une institution scientifique.

    Lire la suite