Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • S'arrêter à Outrelouxhe, sous la protection du dieu Mercure

       Partie intégrante du réseau principal établi au Ier siècle avant J-C sous l'impulsion d'Agrippa, la grande voie romaine qui reliait Metz à Tongres en passant par Arlon a laissé un héritage à Outrelouxhe, village de la commune de Modave, aux confins du Condroz central et de l'Ardenne condruzienne. Les débris de matériaux de construction antiques, apparaissant lors des labours sur un terrain agricole, y ont en effet révélé la présence des rares vestiges d'un de ces petits relais routiers où les voyageurs, au début de notre ère, pouvaient trouver le repos, se ravitailler et changer d'équipage. Trois campagnes de fouilles de sauvetage (en raison d'un projet de lotissement) y ont été menées de 1996 à 1999 par le Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, sous la direction de Daniel Witvrouw. Le rapport a été publié une quinzaine d'années plus tard [1].

    Lire la suite

  • Lisez, Eduard de Dene vous parle

       Que l'oralité ait été longtemps le mode principal de transmission de la littérature au plus grand nombre, on le sait assez. Les fêtes, les foires ou de grands événements tels que les Joyeuses Entrées offraient autant d'occasions de représenter des pièces de théâtre, de réciter des poèmes, d'interpréter des chansons, les œuvres en langue vernaculaire étant elles-mêmes bien souvent conçues à cette fin. Mais la diffusion des écrits hors des livres était loin de se limiter à ces seules performances. Pour illustrer les autres modalités en vigueur à l'aube des temps modernes, Samuel Mareel (museum Hof van Busleyden Malines, musée royal des Beaux-Arts Anvers, Université de Gand) s'est penché sur les chemins empruntés par les textes réunis dans le Testament rhetoricael d'Eduard de Dene [1]. Il s'agit d'une anthologie monumentale – environ 300 textes et 25.000 vers –, à la manière du Testament de Villon, d'un auteur célèbre notamment pour ses fables (De warachtighe fabulen der dieren). Né et mort à Bruges (v. 1505 - v. 1578), notaire et juriste, il était aussi membre de deux chambres de rhétorique, ces lieux, en plein essor dans les anciens Pays-Bas, où se réunissaient des écrivains et artistes d'un même métier ou d'un même quartier.

    Lire la suite

  • De Tournai à New York... sans passer par Ohain

       A Battery Park, sur la pointe sud de Manhattan, se dressent deux monuments dédiés aux colons qui, en 1626, achetèrent aux Indiens cette partie de l'île qui porte leur nom (Manhattes ou Manhattans, liés à la nation Delaware). Le prix défiait toute concurrence: quelques tissus, outils et ustensiles européens pour une valeur de 60 florins d'époque (environ 800 euros actuels, à la grosse louche bien sûr). Ces fondateurs appartenaient à la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, mais ils provenaient en grande partie de nos régions. Là où ils élevèrent une palissade en bois pour se protéger passe aujourd'hui Wall Street, alors que le chemin qu'ils empruntaient pour l'acheminement du blé - breedweg - est devenu Broadway. A la tête de la communauté, Pierre Minuit, qu'on voit en transaction avec un chef autochtone sur un bas-relief à l'entrée du parc, fut longtemps considéré comme un natif d'Ohain, une section de la commune de Lasne dans le Brabant wallon. C'était toutefois erronément, comme le confirme encore Yves Vanden Cruysen dans la biographie qu'il a consacrée au pionnier majeur de New York [1]: les racines familiales de cette grande figure se situent bien dans l'espace belge, mais il faut aller un peu plus au sud, à Tournai, pour les retrouver.

    Lire la suite