Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Révolutions 1780-1830

  • La nostalgie des grands Pays-Bas

       Du soutien à l'installation de John Cockerill en bord de Meuse à la fondation des Universités de Gand et de Liège, sans parler de la refondation de Louvain sous statut public, les bicentenaires célébrés en 2017 remettent en relief le rôle joué par Guillaume Ier d'Orange-Nassau dans nos contrées après que le congrès de Vienne l'y avait appelé à régner. Il y a 80 ans déjà, Robert Demoulin dressait un vaste bilan de l'action du Souverain en faveur de la transformation économique des provinces belges [1]. L'historiographie, naturellement plus encline à rechercher les griefs qui expliquent la Révolution de 1830, fit longtemps peu de cas de cette dimension. Elle ignora ou minimisa tout autant, pour les mêmes raisons, l'existence et la persistance en Belgique d'un courant opposé à la scission du Royaume-Uni des Pays-Bas. Il aura fallu, pour que soit prise toute la mesure de cet orangisme belge, l'étude volumineuse que lui a consacrée récemment Els Witte, professeur émérite de la Vrije Universiteit Brussel [2].

    Lire la suite

  • Nos ancêtres au confessionnal

       Selon les données recueillies dans les années 1840, à peine 1 % des habitants du diocèse de Bruges "ne faisaient pas leurs Pâques" et n'allaient donc pas se confesser au moins une fois sur l'année. Encore le précepte pascal ne constituait-il que le minimum minimorum. Une fréquence de quatre confessions par an semble avoir été courante. Elle était d'application dans beaucoup d'établissements scolaires. Après le recul sensible des premières années du régime révolutionnaire français, de nombreux prêtres s'étant trouvés alors dans l'impossibilité d'exercer leur ministère, la pratique était rapidement revenue à son niveau du XVIIIè siècle. Le sacrement aujourd'hui le plus en crise dans le monde occidental était fréquenté par presque toute la population des Pays-Bas méridionaux, où Elwin Hofman (FWO, KULeuven) voit "une des grandes success-stories de la Contre-Réforme" [1].

    Lire la suite

  • Le prix des grains, ce cher souci

       Ce n'est pas pour rien que le mot blé, dans le langage populaire, est synonyme d'argent. L'attention portée par les pouvoirs publics au prix des céréales, même au temps du libéralisme économique effréné, trouve sa concrétisation dans les mercuriales (de Mercure, dieu des commerçants) dont Wouter Ronsijn (Université de Gand) et Laurent Herment (CNRS) ont retracé l'évolution de la fin du XVIIIè siècle à la veille de la Première Guerre mondiale [1]. Les mercuriales sont des tableaux où sont consignés les cours et les quantités de produits ici agricoles, dont les plus importants en Belgique, pendant la plus grande partie de cette période, sont le seigle suivi du froment et de l'avoine. C'est un truisme de dire qu'ils connaissent des hauts et des bas. Le prix du froment autour de 1815, par exemple, est jusqu'à 3,5 fois plus élevé que son prix une dizaine d'années plus tard.

       L'enjeu pour les autorités est notamment d'être alertées de ces mouvements et aussi de disposer d'une base pour fixer et contrôler droits et taxes. De l'examen peuvent résulter des décisions visant à restreindre ou prohiber les importations ou les exportations afin de protéger respectivement les producteurs ou les consommateurs, selon les contextes. C'est ce qu'on appelle l'échelle mobile, appliquée en Belgique entre 1834 et le milieu du siècle. Plus tard, la protection du pouvoir d'achat prendra la forme de l'indexation des salaires sur les prix de détail. Il faudra s'enquérir de ces derniers et ne plus s'en tenir aux prix de gros (payés au producteur).

    Lire la suite