Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le passé belge

  • La Belgique, foyer du droit international

    droit international,pacifisme,gustave rolin-jaequemyns,albéric rolin,fernand dehousse,rené clémens   Au cours de la décennie qui a précédé la Première Guerre mondiale, on a pu se faire une gloire en Belgique d'avoir totalisé pas moins de trois Prix Nobel de la paix. En 1904, celui-ci était octroyé à l'Institut de droit international (IDI), fondé à Gand en 1873. En 1909, l'homme d'Etat catholique et ancien chef du gouvernement Auguste Beernaert (photo 1) était couronné pour son action internationale. En 1913, à l'autre bout de l'échiquier politique, c'était au tour du socialiste Henri Marie La Fontaine (photo 2) de se voir accorder la même récompense en tant que cofondateur et président du Bureau international de la paix. Ultérieurement, seul le père Dominique Pire est venu, en 1958, ajouter un quatrième nom belge à la liste.

    droit international,pacifisme,gustave rolin-jaequemyns,albéric rolin,fernand dehousse,rené clémens   Ce brillant palmarès n'est certes pas étranger au statut de neutralité imposé avant 1914 à un pays qui, par ailleurs, ne se souvenait que trop des lourds tributs payés dans le passé pour avoir été un "champ de bataille de l'Europe". Aussi, loin de se limiter à ces destinataires des lauriers du comité norvégien, notre contribution à la quête de relations mieux ordonnées entre nations a-t-elle pris, dès le dernier tiers du XIXè siècle, assez d'ampleur pour qu'on puisse parler d'"un laboratoire belge du droit international" (public, sera-t-il précisé plus tard). Même avec de prudents guillemets et un point d'interrogation,Vincent Genin, assistant au département des sciences historiques de l'Université de Liège, a retenu cette formulation dans le titre de sa thèse de doctorat soutenue le 18 janvier dernier [1]. Et les raisons ne manquaient pas, indépendamment de tout chauvinisme.

    Lire la suite

  • La mémoire brabançonne de Waterloo

       Les armes venaient à peine de se taire sur la "morne plaine", on venait à peine d'y ramasser les blessés et les morts que Waterloo attirait déjà ses premiers visiteurs. On les vit dès l'été 1815. Lord Byron et Walter Scott figuraient parmi eux. Un véritable circuit allait se mettre en place avec pour point de chute la ferme de la Belle-Alliance, promise à un succès inversement proportionnel à son rôle réel dans la bataille. Le premier hôtel, après la construction de la butte du Lion, fut ouvert par le sergent-major britannique Cotton, qui le dota d'un petit musée. Le succès du site n'allait plus jamais se démentir par la suite.

       Reflet d'un temps que l'on veut révolu, celui des guerres qui déchirèrent notre continent, ce lieu de mémoire ­– et de tourisme fructueux – est aussi souvent apparu comme un lieu de célébration paradoxale du vaincu dont l'épopée fascinait les esprits romantiques. On y revit, en outre, le dernier grand affrontement avant l'ère des guerres industrielles. "En 1815, les machines ne dominent pas encore la guerre de bout en bout, explique Bruno Colson (Université de Namur) dans un recueil d'études publié à l'occasion du bicentenaire [1]. Le rôle de l'homme est toujours fondamental, celui du cheval aussi. Waterloo clôt une époque où la guerre n'est pas encore dépersonnalisée, où elle offre encore un spectacle digne d'être peint ou reconstitué".

    Lire la suite

  • Deux socles orphelins dans la chapelle de Jérusalem à Bruges

    bruges,adornes,limburg stirum,jérusalem   "Capellam ad honorem et memoriam salutifere passionis domini nostri Jhesu Christi et illius sepulcri sancti sub vocabulo incliti nominis Jherusalem" ("une chapelle en l'honneur et à la mémoire de la salvatrice Passion de notre Seigneur Jésus-Christ et de son Saint Sépulcre connue sous le glorieux vocable du nom de Jérusalem"): ainsi était formulée la requête présentée au pape Martin V, le 12 mai 1427, en vue d'obtenir la consécration de la chapelle de Jérusalem à Bruges. Six siècles après, elle est toujours bien là, à l'entrée de l'actuelle Peperstraat, reconnaissable à la croix de Terre sainte qui surmonte sa tourelle octogonale. Jacques et Pierre II Adornes, descendants d'un commerçant génois, l'avaient fait édifier sur le modèle en réduction de l'église du Saint-Sépulcre. Ils en auraient, selon la tradition, pris les mesures eux-mêmes au cours d'un pèlerinage, mais les sources sont muettes à ce propos. Il est avéré, en revanche, que notre Venise du Nord s'identifiait alors volontiers à la Ville sainte, comme en témoigne le paysage urbain en arrière-plan de la fresque de la Crucifixion, à l'intérieur de l'oratoire auquel on accède depuis l'étage de l'édifice à deux niveaux.

    Lire la suite